Nous analysons grâce au Politoscope les motifs de diffusion dans les communautés politiques des hashtags originaux associés au film conspirationniste Hold-Up : Retour sur un chaos. Toute diffusion d’un media de ce type est associée à un agenda politique. Outre les analyses qualitatives qui ont pu être faites à propos de ce film, l’analyse de ses relais au sein des communautés politiques nous indique clairement quels acteurs politiques avaient intérêt à ce que le contenu de ce film soit pris au sérieux.

Hold-Up : Retour sur un chaos” est un film documentaire indépendant conspirationniste français sorti le 11 novembre 2020 produit par Pierre Barnérias, Nicolas Réoutsky et Christophe Cossé. Mettant d’abord en avant des controverses autour de la pandémie de Covid-19 telles que l’utilité des masques, du confinement, des traitements comme l’hydroxychloroquine, il développe ensuite dans une seconde partie la théorie d’un complot mondial qui aurait créé la maladie à coronavirus 2019 pour éliminer la moitié de l’humanité et asservir les survivants.

Vivement critiqué pour avoir participé à la désinformation autour de la crise de la Covid-19, nous cartographions ici les relais de ses premières diffusions au sein de la twittersphère politique grâce à une plateforme du CNRS, le Politoscope.

Le Politoscope est une infrastructure numérique d’analyse des échanges politiques du Twitter. En suivant autour de 3000 personnalités politiques ainsi que certains mots-clé associés à des événements politiques (exemple : #présidentielle2022), le Politoscope permet de cartographier les échanges politiques du Twitter, dont il a été démontré qu’ils donnent une représentation précise du paysage du militantisme politique français[1].

Sur la période de lancement du film Hold-Up sur les réseaux sociaux (Novembre 2020 – Avril 2021), le paysage politique telle qu’il peut être reconstruit à partir des échanges Twitter peut être représenté par la figure 1.

Lors de la diffusion d’un contenu inédit ou du lancement d’une nouvelle polémique sur Twitter, il est d’usage que leurs auteurs créent pour l’occasion un ou plusieurs mots-clé (#hashtag), dont ils espèrent qu’ils seront par la suite utilisés comme points de ralliement numériques pour discuter de ces contenus. Les #hashtag permettent ainsi de suivre les premières diffusions d’un contenu original. Dans le cas du film Hold-Up, les mots clés créés pour sa diffusion ont été : “HoldUpStopLaPeur”, “Hold_Up” , “holdup_ledoc”, “hold_up_film_documentaire”. Il est alors possible d’identifier tous les comptes qui ont utilisé ces #hashtags pour annoncer ou relayer le film ainsi que les comptes qui, échangeant régulièrement des messages avec ceux-ci, ont été probablement les premiers exposés à ce documentaire.

Dans l’image ci-dessous qui reprend le fond de carte de la figure 1, les comptes ayant utilisé ces marqueurs sont colorés de l’orange au rouge en fonction du nombre de tweets, les comptes ayant échangé des tweets avec ce premier ensemble de comptes sont colorés en bleu, et les autres sont en gris. Sont ainsi représentés les comptes qui ont impulsés la diffusion de ce documentaires ainsi que les comptes qui y ont été a priori exposé en premier (mais sans relayer dans les mêmes termes).

L’image et la table ci-dessous montrent sans ambiguïté que les principales communautés à avoir initié la diffusion de ce documentaire sont des communautés traditionnellement complotistes : Les Patriotes et l’UPR. C’est aussi les communautés qui comptent les comptes Twitter les plus actifs en tant que primo-relais : sur les 6 comptes ayant relayé plus de 10 fois ces hashtags, 5 sont dans cette communauté, dont les 3 plus importants qui ont mentionné ces #hashtag dans 139, 27 et 23 tweets respectivement.

Communautés Nombre de primo-relais Nombre total de comptes Pourcentage
LREM 3 45772 0,0065%
LFI 29 19721 0,147%
Les Patriotes & UPR 360 16067 2,24%
PS 1 14721 0,0068%
LR 58 13481 0,43%
RN 22 10113 0,22%

La diffusion de ce documentaire était donc particulièrement orientée politiquement et n’a été relayée, dans ses formes premières, que par très peu de communautés politiques.

2016 - 2021 © Copyright - ISC-PIF / CNRS