Nous quantifions les stratégies de manipulation de l’opinion publique sur Twitter qui sont opérées à la fois de l’intérieur et de l’extérieur de l’espace public virtuel français.

Analyse d’un scénario probable pour le second tour des élections présidentielles française 2017.

Comment l’adhésion ou l’opposition molle peut faire perdre une élection ?

Ce que vous allez apprendre dans ce post (entre autres) : que la communauté Twitter de Hamon est l’une des moins prosélyte et la moins hostile de toutes ; contrairement à la communauté Le Pen qui est la plus prosélyte et l’une des plus hostiles ; que Macron et Fillon sont depuis longtemps au centre des préoccupations des autres communautés politiques, mais pour des raisons apparemment différentes.

Le but du Politoscope est d’analyser la dynamique des réseaux socio-sémantiques de la tweetosphère politique et médiatique, c’est-à-dire : comment les différents groupes s’organisent pour diffuser de l’information ? Quel type d’information circule ? Comment ces réseaux se reconfigurent en fonction de l’actualité ?

Nous nous intéressons ici à la manière dont l’information est échangée. Plusieurs dimensions peuvent être considérées dans l’identification des communautés de partage d’information sur Twitter : les retweets, les citations, les favoris, les mentions, etc. Cette analyse se concentre sur les relations engendrées par les “retweets sec”, c’est à dire sans altération du contenu.